La distillation à repasse

Nous travaillons avec des alambics « charentais » (des originaux ! – notre plus ancien date de 1927). C’est avec ce type d’alambic que l’on distille le Cognac.
Cette méthode ancestrale présente la particularité de se faire en deux fois : La première « chauffe » permet d’extraire tout l’alcool contenu dans la matière à distiller et d’obtenir un « brouilli » titrant environ 30% Vol. d’alcool. La seconde « chauffe », dite « repasse », permet de concentrer le degré d’alcool et surtout de trier en séparant les alcools dits « de tête » d’un côté et « de queue » de l’autre, pour ne garder que le « cœur » débarrassé des alcools brûlants et autres amertumes.

Nous ne filtrons que par gravité et sans aucun intrant. Comme nous utilisons des ingrédients vivants, de légères variations apparaissent entre les lots pour le plaisir des dégustations.

Distiller c’est s’inspirer de ces générations qui ont utilisé les alambics avant nous. Depuis toujours les paysans recyclent le fruit de leur travail jusqu’au compostage. L’idée du déchet est moderne. Pour nous, trouver des débouchés avec des ingrédients biologiques (avec ou sans labels) c’est retrouver des méthodes de distillation presque disparues et créer des recettes de spiritueux surprenantes à notre époque.

Distiller c’est prendre le temps avec les ingrédients pour en extraire « l’esprit », comme disent les alchimistes. Dans notre région, la garrigue, la Méditerranée, les montagnes et les saisons nous offrent des fruits et des plantes uniques. Inutile de chercher des assemblages gustatifs complexes, nous ne faisons que capter l’aromatique pour la restituer dans nos bouteilles.

Actualités